• Cahier ou classeur ?  

     

    La question semble secondaire mais elle alimente de nombreuses discussions, non seulement entre les professeurs mais aussi entre et avec les parents. Que le type du support d’écriture soit laissé à l’initiative de l’élève ou imposé, il n’est pas superflu d’analyser les avantages et inconvénients de chacun d'eux. Il est aussi important d’expliquer aux élèves et parents les souhaits ou les volontés qui ont été affirmés car les raisons qui dictent les choix sont diverses. Il est par conséquent utile de mettre de la cohérence dans le discours adressé aux parents. En effet, les disciplines ayant leurs propres spécificités, les préférences des enseignants pour une forme ou une autre sont souvent légitimes mais pas toujours clairement énoncées.

    Pour résumer, trois attitudes existent concernant ce type de fournitures scolaires. La première consiste à laisser une totale liberté aux élèves en considérant qu'ils sont les mieux à même de savoir ce qui est bon pour eux. Cette pratique a l'avantage de rendre autonomes et responsables les élèves mais n'est pas toujours adaptée pour les plus jeunes, en particulier en sixième et cinquième. Les professeurs qui laissent le choix indiquent toutefois souvent  leur  préférence pour aider les indécis. A l'autre extrême, certains professeurs sont très précis dans leur demande et n'acceptent pas qu'on y déroge. Certains peuvent avoir des exigences difficiles à justifier, par exemple un trop grand nombre de cahiers, ou un cahier de deux cent pages qui sera très volumineux et difficile à transporter. Ces cas sont heureusement assez rares. La plupart du temps les professeurs donnent des indications relativement précises et font des choix raisonnables.

     

    Avant de demander d'acheter tel type de cahier ou de classeur, on peut se poser la question du coût pour les parents et du poids pour l'enfant qui le porte. Un cahier grand format 24x32, 96 pages pèse environ 350 g, et 500 g pour 140 pages. Quatre cahiers de ce dernier type alourdiront ainsi le cartable de 2 kg. Les mêmes cahiers en format 21x29,7 diminuent le poids d'environ 20%.

    Suivant les disciplines, les professeurs préfèrent les petits ou les grands carreaux. Il faut savoir que les jeunes élèves ont plus de difficultés à écrire correctement quand les interlignes ne sont pas marquées.

     

    Voyons d'abord les avantages et les inconvénients du cahier par rapport au classeur. Le cahier permet d'avoir l'ensemble des leçons à disposition pendant les heures de cours, ce qui offre la possibilité de travailler les nouvelles séquences en consolidant régulièrement les acquis antérieurs. Un cahier est a priori ordonné, mais l’expérience montre qu’un contrôle régulier n’est pas superflu, que l'élève soit au collège ou au lycée. En revanche, la tenue d'un cahier peut poser des difficultés si il est organisé en plus de deux parties. Pour rédiger les exercices, il arrive souvent que les élèves doivent retourner leur cahier. Cela ne représente pas un obstacle supplémentaire dans la gestion de leurs écrits. Mais si le professeur décide aussi de traiter séparément plusieurs champs disciplinaires dans le même cahier, par exemple l’histoire et la géographie, les approches linguistiques et culturelles en langue vivante, le projet théâtre et l’analyse de textes littéraires en lettres… en commençant l’un d’eux au début et l’autre au milieu du cahier on peut rapidement aboutir à une désorganisation dommageable. La solution d’utiliser plusieurs cahiers résout ce problème mais peut créer des contraintes à certains élèves qui ne sauront jamais lequel doit être apporté en classe. Or, prendre les deux n’a pas d’intérêt et augmente le poids du cartable. Notons enfin qu’un grand nombre de photocopies à coller, pratique qui semble en expansion, peut compliquer la lecture et la compréhension des notions importantes et nouvelles à acquérir mais aussi alourdir considérablement et déformer les cahiers.

     

    Le classeur (ou le trieur) présente plusieurs avantages appréciables. Partagé à plusieurs disciplines il est globalement plus léger que l'ensemble des cahiers auxquels il se substitue. Les possibilités de rangements sont multiples et variées. Les contrôles se conservent plus facilement, comme les photocopies de documents distribuées par le professeur. Il requiert cependant un apprentissage pour l'organiser correctement car il est peu utilisé au primaire. En contre partie, un classeur apprend à être ordonné. Mais le professeur veillera à contrôler très souvent la tenue des classeurs car les élèves peu soigneux peuvent rapidement être en perdition dans la discipline du fait d'une gestion calamiteuse des feuilles volantes.

     

    Si le choix du type de fourniture reste en général du ressort du professeur, il est important d'en avoir une vision globale et pluridisciplinaire et se rendre compte que la gestion cohérente d'un cahier ou d'un classeur n'a rien d'évident et peut induire des difficultés scolaires difficilement surmontables sans un suivi régulier de l'ensemble des enseignants.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :